Connect with us

«Nos exigences poussent nos fournisseurs à se développer et à former leurs équipes»

La Vie éco

«Nos exigences poussent nos fournisseurs à se développer et à former leurs équipes»

Abderrahim El Janati El Idrissi DGA Marjane Holding en charge des achats et de loffre commerciale

Abderrahim El Janati El Idrissi DGA Marjane Holding en charge des achats et de loffre commerciale

• Au début du mois, Marjane Holding annonçait une politique volontariste pour le sourcing auprès de producteurs locaux, notamment dans l’agroalimentaire et le textile. Où en est le déploiement de ce dispositif sur le terrain ? Et Quand le dispositif sera-t-il véritablement opérationnel ?
Aujourd’hui, effectivement nous affichons une grande volonté pour aller beaucoup plus loin tout en s’appuyant sur plusieurs conditions favorables : Il y a d’abord le fort soutien du ministère de l’Industrie, du commerce et l’économie verte et numérique et des deux associations FINAGRI pour l’agroalimentaire et AMITH pour le textile ; il y a aussi la capacité et l’agilité de nos industriels locaux à relever le défi pour faire face aux produits importés et puis la grande sensibilité du consommateur marocain aux produits locaux tout en restant exigeant sur la qualité et la compétitivité prix.
Au niveau du déploiement, nous avons ajusté notre politique Achat, notre organisation et nos process pour accélérer le mouvement et avons mis en place un comité de suivi. A ce stade, les premiers résultats sont là avec des intentions de commande de l’ordre de 180 MDH pour le textile et 60 MDH pour l’agroalimentaire. Je rappelle que notre objectif dans les deux années à venir est de 75% de part de sourcing local pour le textile et 80% pour la Marque propre Marjane dans l’alimentaire.

• Comment procédera MH, concrètement, pour l’identification et la sélection de ses fournisseurs locaux (Critères, procédures…) ?
Pour ce programme d’encouragement du sourcing local et avec l’aide et l’appui du ministère de l’industrie, du commerce et l’économie verte et numérique et des deux associations, AMITH pour le textile et FINAGRI pour l’agroalimentaire, nous avons établi une cartographie des industriels nationaux textile et agroalimentaire. En parallèle, nos besoins en sourcing textile et Marque propre pour l’agroalimentaire sont clairement identifiés.
Nous avons adopté deux démarches distinctes : pour le textile, l’aboutissement à une collaboration se fait après plusieurs séances de travail et visites chez l’industriel. Le but étant d’étudier en fonction de la spécialisation de l’industriel les possibilités de substitution de produits importés ou le lancement au profit du client de nouvelles catégories de produits. Pour le lancement de nos marques propres alimentaires, le cahier des charges du produit est communiqué aux industriels locaux concernés et tout l’accompagnement nécessaire est fourni par nos ingénieurs qualité pour réussir ce sourcing local. Quant au critère, c’est principalement la qualité, car notre rôle dans cette mission est de pousser au maximum le sourcing local tout en préservant la qualité des produits que nous offrons à nos clients. La bonne nouvelle c’est que nous industriels sont capables d’y répondre.

• Avez-vous prévu une forme d’accompagnement financier des producteurs locaux pour leur permettre éventuellement d’accroître leurs capacités de production ou d’améliorer et mettre à niveau leurs outils afin d’être conformes avec les standards de MH ?
En termes d’accompagnement, nous recherchons une relation durable avec nos partenaires, une relation dans laquelle chacun s’y retrouve, une relation qui leur donne envie de collaborer le plus longtemps possible avec Marjane Holding. Cela passe par plusieurs leviers : la revue de notre politique achat pour la rendre la plus adaptée et la plus souple possible, l’accompagnement technique pour réussir des produits de qualité et compétitifs, la connaissance des produits et du marché marocain et la visibilité et l’engagement sur les volumes. Nous sommes également une bonne plateforme de test pour les nouveaux produits quand des partenaires ont besoin de tester le marché avant de lancer des investissements plus lourds.

• Quid aussi de la formation et du capital humain de manière plus globale ? Tous les fournisseurs locaux, surtout les PME, n’ont pas toujours les compétences pour répondre à vos standards, notamment en termes de créativité et de développement. Prévoyez-vous un accompagnement sur ce volet ?
Par la nature de notre métier, nous apportons à ce niveau à nos partenaires surtout notre connaissance du marché et essayons de mieux orienter les producteurs vers les produits les plus appréciés par les clients. Nos exigences poussent nos fournisseurs à se développer, à former leurs équipes…Nos ingénieurs les accompagnent également.

• Qu’en est-il d’autres freins comme la logistique qui peuvent peser sur la performance des approvisionnements en termes de délais, de qualité, de coûts et de fiabilité ?
En terme de logistique l’ensemble des acteurs bénéficie d’atouts majeurs à travers le sourcing local : Marjane qui s’appuie sur un circuit court et flexible, nos industriels locaux qui n’ont pas à gérer la logistique avec les 100 points de vente Marjane car ils livrent directement à notre plateforme centrale, et enfin le client, qui bénéficie d’un cycle court de production et donc de plus de nouveautés et de choix, notamment pour le textile.

• Comment MH compte-t-il déployer cette politique de sourcing local au niveau des régions, de sorte que vos magasins dans les régions deviennent des donneurs d’ordre pour les PME de la région ?
A travers notre force logistique, nous offrons aux fournisseurs régionaux l’opportunité de commercialiser leur produit au niveau national. La question se pose surtout quand le fournisseur n’a pas la capacité suffisante pour plusieurs magasins ; pour cela nous avons la possibilité de les référencer au niveau local ou régional en fonction de la capacité offerte et disponible.

Continue Reading
You may also like...

More in La Vie éco

Advertisement

Trending

Advertisement
To Top